Bilan du Contrat Global Sequana 201-2018 : entretien de la végétation des berges

Le Contrat Global Sequana (programme d’actions sur l’eau porté par le Syndicat Mixte Sequana) a pris fin en décembre 2018. L’heure est donc au bilan, et nous allons dans cet article nous attarder sur le programme d’entretien de la végétation rivulaire réalisé durant ces 5 années.

 

La présence d’une végétation diversifiée et adaptée au bord d’un cours d’eau permet d’améliorer la qualité de celui-ci. En effet, les différentes strates (arbustes, arbres, plantes herbacées) contribuent au maintien des berges, à l’ombrage de la rivière et la régulation de sa température, ainsi qu’à la lutte contre les espèces invasives (Renouée du Japon notamment). Cependant, afin de conserver ces bénéfices, la ripisylve doit être entretenue régulièrement.

 

Chaque propriétaire riverain est responsable de ses berges et de la moitié du lit du cours d’eau. A ce titre, leur entretien lui revient, dans le respect du fonctionnement naturel de la rivière. Cet entretien consiste à enlever les embâcles, les débris flottants ou non, à travailler les atterrissements, à élaguer ou recéper la végétation des rives. On privilégiera des espèces telles que le frêne, l’aulne, le saule, et des espèces arbustives comme le noisetier ou le cornouiller. Les résineux et toutes les espèces d’ornement sont à proscrire en bord de cours d’eau. Les coupes à blanc et les dessouchements sont à éviter au maximum car cela provoque une déstabilisation des berges, un réchauffement des eaux et une explosion des espèces invasives. On adoptera plutôt une gestion irrégulière du boisement, et on pratiquera des coupes d’entretien sur les pieds fortement penchés ou vieillissants. Sur les secteurs à nus, il faut envisager des projets de plantations en retrait de berge. Ces travaux peuvent être réalisés sans aucune demande d’autorisation auprès des services de l’Etat.

 

Dans le cadre de l’intérêt général (afin de préserver la sécurité publique ou assurer la restauration écologique du cours d’eau), les collectivités peuvent se substituer aux propriétaires pour effectuer cet entretien. C’est ainsi qu’entre 2014 et 2018, le Syndicat Mixte Sequana a procédé à de nombreuses opérations d’entretien et de restauration de la ripisylve sur les communes de son territoire. Au total, près de 41 km de linéaire de berges ont bénéficié de ces actions :

 

  • 7,35 km sur la Laigne et la Petite Laigne (sur les communes de Chaume-les-Baigneux, Fontaines-en-Duesmois, Jours-les-Baigneux, Laignes, Molesme et Villaines-en-Duesmois),
  • 23,4 km sur l’Ource (sur les communes de Belan-sur-Ource, Brion-sur-Ource, Gevrolles, Maisey-le-Duc, Montigny-sur-Aube, Leuglay, Prusly-sur-Ource, Recey-sur-Ource, Riel-les-Eaux, Vanvey, Villotte-sur-Ource et Voulaines-les-Templiers),
  • 10,2 km sur la Seine (sur les communes d’Ampilly-le-Sec, Aisey-sur-Seine, Beaulieu, Beaunotte, Buncey, Brémur-et-Vaurois, Châtillon-sur-Seine, Duesme, Etrochey, Nod-sur-Seine, Quemigny-sur-Seine, Saint-Marc-sur-Seine et Sainte-Colombe-sur-Seine).

 

Un nouveau programme d’entretien de la végétation des berges est en cours d’élaboration et sera intégré dans les actions

entretien